Développement personnel

PASCALE PIQUET ET SA MÈRE

Je souris quand j’entends mes clients me rapporter les paroles de ceux qui ne me connaissent pas et affirment que si vous venez me voir en coaching, je vais vous inciter à quitter votre conjoint, virer vos parents et sortir vos amis de votre vie. C’est totalement faux. Ma philosophie de coaching ne m’autorise pas à dire à qui que ce soit ce qu’il/elle doit faire. Mon métier est de mettre la personne en face de la réalité et l’épauler pour trouver son propre chemin vers le bonheur. Et si je ne suis pas une “mère Térésa”, je suis une “mer-cenaire” : vous me versez mes honoraires, je vous donne les outils et vous enseigne comment vous en servir pour reprendre votre vie en main, à votre gré, restant à vos côtés autant que vous en aurez besoin. Cette légende qui pousse les gens à penser que je suis une sorte “d’exterminator” repose cependant sur un fait réel qui a été utilisé pour déformer la réalité : j’ai effectivement sorti ma mère de ma vie. Je dis d’ailleurs, avec humour, mon ex-mère. Devrais-je dire “l’ex-mère” comme on dit “l’ex” et non “mon ex” (cf. Le syndrome de Tarzan ) ? Vous êtes nombreux à vous/me poser des questions à ce sujet, souvent parce que soit vos parents (ou l’un d’eux) vous mettent dans des situations toxiques, soit tout simplement parce que vous avez des parents adéquats, vous les aimez et vous ne comprenez pas comment on peut mettre fin à une (non)relation avec son père ou/et sa mère. Comment en suis-je arrivée à la conclusion que je n’avais plus rien à faire dans la vie de cette femme, ni elle dans la mienne ? Je vais vous le dévoiler. Voici la véritable histoire de Pascale Piquet et sa mère (l’ex-mère !).

Certains d’entre vous sont à bout et ne savent plus comment gérer des parents toxiques, mais sont maintenus dans ce syndrome de Stockholm (attachement envers son bourreau) par la croyance judéo-chrétienne que l’on doit aimer ses parents, coûte que coûte. Jusqu’à en mourir ? Je l’ai moi-même cru pendant 45 ans (j’en ai 55 au moment où j’écris cette chronique) et me suis évertuée à aimer cette femme qui se disait ma mère. Je rappelle au passage que le mot “parent” n’est pas un titre, c’est une fonction. Cependant, beaucoup de parents revendiquent les égards dus à leur rang, mais ne respectent pas les devoirs qu’ils ont envers leurs enfants. Le simple fait de vous avoir donné le jour leur confère, croient-ils, le pouvoir de vous écraser, de vous humilier, de vous utiliser comme souffre-douleurs, bref, de vous détruire à petit feu pour soulager leurs propres souffrances. En résumé, ils s’octroient le droit de vie ou de mort et pensent pouvoir décider de ce qu’il adviendra de vous. Ils vous dressent également à leur servir de bâton de vieillesse, bien qu’ils aient été épouvantables avec vous toute leur vie. Il faut avoir ce style de parents pour comprendre ce qui suit. Si vous aimez les vôtres, et à juste titre, vous risquez d’être ébouriffé, mais cette lecture vous permettra de comprendre ceux qui ont “vomi” ces gens-là de leur vie.

Les parents sont sensés vous donner reconnaissance, affection et protection. Encore faut-il qu’ils en aient reçu. Ma mère en fut dépourvue et n’a donc pas été capable de donner quoi que ce soit. Incapable du moindre compliment (je lui ai demandé de me citer une de mes qualités, j’attends encore !), handicapée totalement sur le plan affection (aucun élan de tendresse, aucun câlin, aucun “je t’aime”) et étant celle qui me nuisait le plus, alors qu’elle aurait dû me protéger (toujours le bâton, jamais la carotte), aucun lien ne s’est créé entre elle et moi. Comme vous le savez, les premières années sont cruciales pour tisser les liens affectueux entre mère et enfant. Élevée par mes grands-parents (Dieu merci !) jusqu’à l’âge de 2 ans, catapultée en colonies de vacances chaque été dès l’âge de 3 ans et demi, puis en pension de l’âge de 11 ans à l’âge de 15 ans, la dérangeant dès que je rentrais à la maison, je me suis sentie sans soutien dès ma plus tendre enfance. Heureusement que mon père et mes grands-parents étaient présents, subissant autant son attitude toxique que moi, mais avec moins de dégâts. De plus en plus toxique, je la supportais de moins en moins et ne vous raconterai pas tout ce qu’elle a bien pu m’infliger n’étant pas là pour faire son procès, mais pour vous expliquer pourquoi il faut parfois s’éloigner de certaines personnes, quel que soit leur titre ou leur rang. Vers la fin de cette non-relation, je faisais de l’anxiété 24h/24 deux semaines avant son arrivée et pendant tout le séjour, quand elle débarquait chez moi, au Canada, restant plusieurs semaines. J’avouerai même que je buvais pour me calmer, car une envie irrépressible me prenait de la jeter dans le coffre de la voiture et de la ramener à l’aéroport ! Dénigrement, paroles négatives, critiquant tous mes amis (ils sont tous des ratés, m’avait-elle annoncé), haineuse vis-à-vis de mes grands-parents (ses propres parents) et de mon père, tous décédés et que j’adorais, essayant de me faire passer pour la pire des mères et la plus stupide des femmes aux yeux de ma fille : un beau jour, une goutte d’eau a fait déborder le vase…

Nous avons tous notre seuil de résistance et j’avais atteint le mien. Pourtant, la preuve de tous mes efforts pour l’aimer est dans la première version de mon livre “Le syndrome de Tarzan“, sorti en 2006, où j’écrivais fièrement que j’avais reconstruit la relation avec ma mère, ce que je démens dans la version de 2015 : comment reconstruire ce qui ne s’est jamais construit ? Naïvement, j’avais cru que nous pourrions enfin avoir une belle relation, mais pour ce faire, il faut être deux et j’étais toute seule. La goutte d’eau fut la phrase “nous en discuterons plus tard, tu dois être fatiguée” alors que je souhaitais lui parler de ma lettre lui indiquant tout ce que je ne supportais plus chez elle et lui demandais d’améliorer. Ces simples mots, prononcés au téléphone, avant qu’elle vienne passer les fêtes de Noël à la maison me giflèrent : ils me ramenèrent à mon enfance résonnant comme un “va dans ta chambre et tu en ressortiras quand tu seras calmée“. Ce fut le déclic. Je n’acceptais plus d’être traitée comme “une écervelée, irresponsable et en dépression”, selon ses propres paroles. J’avais 45 ans et plus du tout envie que qui que ce soit me renvoie une image erronée de moi-même, j’avais trop travaillé sur moi, affronté des tempêtes (dont elle était en partie responsable) et relevé la tête pour me laisser enfoncer par cette femme, quel que soit son statut. Je réalisais soudain que lorsque j’étais en face de ma fille, Cassandre, je ressentais une vague de chaleur dans mon corps, de l’amour, de l’affection, une attirance maternelle qui me rendait agréable chaque instant passé en sa présence. Alors que lorsque j’étais en face de cette “mère”, je ne ressentais rien, si ce n’est le vent glacial des pleines de Sibérie. Alors, j’ai compris que si je ne ressentais rien, elle ne ressentait rien non plus et le constat fut là : je ne l’aimais pas tout comme elle ne m’aimait pas non plus.

Vous essayez parfois d’aimer vos parents en vous disant que plus vous leur  manifesterez de l’affection plus vous aurez de chance de les forcer à vous aimer. Mais l’amour ne s’achète pas. Et plus vous êtes démonstratifs, plus vous êtes dans l’attente, plus vous souffrez et plus vous voulez les aimer, sans aucun résultat. Si vos parents ne vous aiment pas, ce n’est pas parce que vous n’êtes pas aimable, c’est parce qu’ils sont incapables d’aimer. Voilà comment naît votre manque de confiance et d’estime qui vous poussent dans la dépendance affective et émotive. Handicapés eux-mêmes, ils vous font partir dans la vie encore plus handicapé qu’eux. Les carences affectives de vos parents ne leur permettent pas de construire dans leur enfance le “logiciel” qui  s’appelle IE : l’Intelligence Émotionnelle. Ils en sont totalement dépourvus comme l’est ma mère. Dominatrice avec mon père et moi, générant des problèmes avec d’autres membres de la famille, sympathisant avec la maîtresse de mon mari, témoignant contre son propre frère lors d’un divorce, elle se vantait non pas de m’avoir élevée, mais “dressée” au doigt et à l’oeil. Je n’avais pas une mère, mais plutôt un adjudant-chef. Elle a empoisonné la vie de mon père, de mes grands-parents et de son frère, seul survivant (il l’a virée aussi). Puis, la mienne, jusqu’au jour où j’ai compris que je devais me tenir éloignée de son venin. Entendons-nous bien, je comprends pourquoi elle est ainsi, c’est explicable par son enfance, j’ai de la compassion pour elle, mais je ne vois aucune bonne raison de garder une personne “-1″ dans ma vie, son unique objectif étant de me dénigrer. C’est mathématique ! 1-1=0. Elle croit avoir été une bonne mère et voici le discours que j’ai toujours entendu et que vous avez probablement entendu aussi : “tu as eu un toit sur la tête, des habits sur le dos, de la nourriture dans l’assiette et je n’ai jamais divorcé de ton père !“. Sur ce dernier point, elle aurait dû, il serait probablement encore vivant… Avez-vous remarqué que vous avez les mêmes services dans l’armée ?

De nombreuses personnes m’ont contactée après une intervention dans les médias pour me remercier : étant arrivés, eux aussi, à la conclusion qu’il fallait s’éloigner de parents toxiques, ils en ressentaient néanmoins de la culpabilité. Mon témoignage les avait soulagés et ils affirmaient que cette décision avait changé leur vie, leur donnant accès à une vie sereine, se sentant enfin bien avec leur décision. Ne passons-nous pas pour des monstres aux yeux de certains ? Aujourd’hui, quand on me demande si je suis prête à aller la voir sur son lit de mort, si elle me faisait appeler pour me demander pardon, je réponds que je n’irais pas. D’autant que je la crois encore capable de me glisser une dernière vacherie dans son dernier souffle. Elle n’a pas à me demander pardon de quoi que ce soit, elle n’est pas mon bourreau, je ne suis pas sa victime. J’ai pris mon propre chemin et elle a pris le sien. C’est un problème entre elle et elle et non plus entre elle et moi. Et je n’ai pas plus envie de la reprendre dans ma vie que je n’aurais envie d’entrer dans la cage d’un tigre affamé avec un gros quartier de viande pour le sauver : plus envie de me faire bouffer ! Chacun décidera d’entrer dans la cage ou non et vous en avez le droit. Pour moi, c’est terminé. D’autant qu’elle continue à me dénigrer aux yeux de ma fille qui prend ça avec un grain de sel et qui ne la croit pas. Et pour couronner le tout, la voilà en train d’essayer de se faire “amie” sur Facebook avec certains de mes clients. Dans quel but ? Je vous laisse deviner… Et si vous êtes contacté par une personne qui se dit être ma mère, je vous souhaite bien du courage et vous finirez par comprendre pourquoi je l’ai virée. Je me suis fait ce cadeau pour Noël, il y a plus de 10 ans et, croyez-moi, j’en jouis tous les jours. Et si j’ai été capable de sortir de ma vie celle qui avait le statut de mère, vous pouvez facilement comprendre que toutes les personnes représentant des “-1″ suivent le même chemin. C’est ce que j’enseigne à mes clients afin de favoriser le 1+1=2.

Si vos parents sont toxiques et que vous hésitiez à prendre une décision, peut-être que ma propre histoire vous donnera le coup de pouce qui vous manquait. Et si vous décidez, malgré leur toxicité, de les garder dans votre vie, sachez que vous en avez le droit. Entre eux et vous, il faut choisir : personnellement, je me suis choisie. Certains changeront et finiront par réaliser les dégâts qu’ils ont faits dans la vie de leurs enfants et une “réparation” de la relation peut être envisagée. Mais nombreux sont ceux dont il n’y a plus rien à attendre : vous déciderez. Quant à ceux qui ont des parents adéquats, réalisez la chance que vous avez et dites-le-leur. Cependant, au bout du compte, la morale de l’histoire est tout simplement que vous êtes adulte et que vous n’avez plus besoin de vos parents, surtout s’ils ont toujours été défaillants. Et s’il est vrai que vous n’en avez plus besoin, vous pouvez néanmoins être dans le plaisir avec eux. Économisez votre énergie et favorisez votre bonheur en arrêtant d’attendre d’eux ce qu’ils sont bien incapables de vous donner. La meilleure chose à faire est de s’éloigner de tout ce qui est toxique pour favoriser tout ce qui est propice à votre épanouissement.

Continuez à espérer de vos parents ce qu’ils sont incapables de vous donner, c’est comme rester accroché au pare-choc arrière d’une voiture qui prend de la vitesse…

Séduire pour une nuit ou charmer pour la vie ?” sorti au Québec et en Europe et vendu en numérique sur le site www.pascalepiquet.com

La nouvelle version du “Syndrome de Tarzan avec amour en supplémentest vendue en version numérique (e-book) uniquement sur le site www.pascalepiquet.com avec, en bonus, une conférence audio.

Gagnez au jeu des échecs amoureux” est vendu en numérique (e-book) uniquement sur le site www.pascalepiquet.com

- Coaching individuel par skype. Tous les détails sur mon site : Choix n°5     http://www.pascalepiquet.com/coaching-intensif.php

- Coaching de couple par skype ou en personne. Tous les détails sur mon site : Choix n°4 : http://www.pascalepiquet.com/coaching-intensif.php

Lisez la chronique de Pascale Piquet, tous les mercredis, depuis 2007.

Donnez votre apréciation pour cet article...
(93%) (0%) (7%)

Merci de nous aider à faire connaître ce texte...
Copier/coller ce lien dans votre site, blog ou espace web !

Article publié par:
mini
Pascale Piquet
Dès le premier appel, vous vous sentirez déjà mieux !
Autres articles du même auteur...
  • PASCALE PIQUET ET SA MÈRE

Voir tous les articles de cet auteur

Autres...

Autres articles dans: Développement personnel
Autres articles dans: Développement personnel
  • PASCALE PIQUET ET SA MÈRE
Haut de la page










RECEVEZ
gratuitement

les septs clefs du bonheur !

Inscrivez votre courriel:

Inscrivez votre prénom:



RECEVEZ
GRATUITEMENT
le ebook
"Tout est possible"
de la série
Epanouissement Personnel Master
Remplissez simplement le formulaire ci-dessous
Inscrivez votre courriel:

Inscrivez votre prénom:





Connexion

Vous n'avez pas de compte?
Mot de passe oublié?

Chroniques
Cliquez et regardez cette vidéo...
Christian Godefroy, auteur de la formation audio "Les Secrets de l'Attraction"

U n jour, un millionnaire qui m'a pris en amitié m'a initié aux "secrets du succès". Ma vie a changé du tout au tout.

D'un seul coup.

Au lieu d'être dans l'effort, j'ai déclenché certaines "forces secrètes" qui m'ont littéralement propulsé vers le succès.

Et, le plus invraisemblable, c'est qu'avant je courais derrière ce que je désirais et que dès l'application de ces secrets tout est venu à moi beaucoup plus facilement, comme par magie.

Maison, voiture de luxe, argent, amour, relations, connaissances cachées...

Comment y parvenir vous aussi?

Commencez par débusquer les forces qui vous "tirent en arrière".


"Transformez votre cerveau
en un aimant super puissant"

CLIQUEZ ICI pour la suite...


Devenez mentaliste maintenant !


Rechercher
Calendrier gratuit
Calendrier gratuit à imprimer !
Imprimez votre
calendrier gratuit !


Pour l'imprimer, cliquez sur le mini calendrier et ensuite imprimez ce dernier.
Liens
Archives (24 mois)
Partenaires
Mots-Clés
RSS
RSS
©2007 - 2015 Promalac Marketing - Tous droits réservé.     MaChronique.com - Devenir rédacteur ! | contactez nous


Création site Internet: ConceptionWebDesign.com    •    Référencement & Optimisation: NumericMarketing.com